PhiloWeb Index du Forum
PhiloWeb Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La valeur
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PhiloWeb Index du Forum -> Philosophie -> Discussions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Poteau
Correctrice des fautes

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 129
Point(s): 3
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 05:36 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Bonsoir, bonsoir.

En rentrant en bus ce soir, nous avons eu une discussion, Sankan et moi, à propos de la valeur de la vie. Et puis comme nous n'étions pas du tout d'accord (comme d'habitude) nous nous sommes dit que nous allions lancer le débat sur le forum (oui, parce qu'il est un peu en train de mourir aussi).
Je suis en philo mais je suis pas douée pour les développements clairs donc je vais faire rapide, voici mon idée: la vie a de la valeur parce qu'elle se termine un jour, ça me semble assez évident. Si nous étions immortels alors la vie aurait pas ou moins de valeur. En effet si nous la protégeons c'est parce qu'elle peut disparaitre.
Seulement notre ami Sankan, pour des raisons que je ne peux pas vous expliquer parce que j'ai pas tout compris, n'est pas d'accord. Et il se fera surement une joie d'expliquer pourquoi il ne l'est pas.

Nous cherchions aussi à avoir une définition claire de la valeur.

Qu'en pensez vous?

(Eric, tu as l'interdiction formelle d'utiliser la métaphysique. Mwahahahahahah!)
_________________
"Par modestie, Dieu n'existe pas."
Raymond Queneau
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Avr - 05:36 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sankan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 227
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon
Point(s): 23
Moyenne de points: 0,10

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 05:41 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Je voudrais savoir simplement ce qu'est la valeur, si c'est différent du sens et si c'est exprimable.

Prouvez moi sans une boutade, comme tu donnes de la valeur à ta phrase, que valeur existe indépendament, du consensus, de la psychologie et si possible de toute métaphysique ou religion.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Morgoth
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 79
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,15

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 20:05 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

La valeur......., hmm, et bien on peut la définir soit qualitativement soit quantitativement, enfin le plus souvent les deux, car on accorde plus ou moins de valeur selon la qualité, donc en l'occurrence la question ne porte pas sur la valeur mais le mode d'attribution, les critères qui font que telle ou telle chose a une valeur. A se prostrer dans un subjectivisme débridé on peut facilement dire :" ça dépend des personnes ", sinon il faut trouver des critères objectifs, ou des critères subjectivement objectif, ou objectivement subjectif, à sortir de cette dualité on a une infinité de possibilité. Tout ça pour dire que ba j'en sais rien ce qu'est la valeur, surtout que l'on doit la présupposer pour la définir dans la mesure où j'attribue une valeur de vérité à la définition de la valeur, ou une valeur d'utilité en tant qu'elle est utilisable.
Okay
_________________
Est-ce ici la région, le sol, le climat, dit alors l'archange perdu, est-ce ici le séjour que nous devons changer contre le Ciel, cette morne obscurité contre cette lumière céleste ?
Revenir en haut
Poteau
Correctrice des fautes

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 129
Point(s): 3
Moyenne de points: 0,02

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 22:00 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

T'étais censé éclaircir les choses... :p
_________________
"Par modestie, Dieu n'existe pas."
Raymond Queneau
Revenir en haut
Morgoth
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 79
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,15

MessagePosté le: Lun 20 Avr - 17:44 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Bah, c'est ce que j'ai fait. ^^
_________________
Est-ce ici la région, le sol, le climat, dit alors l'archange perdu, est-ce ici le séjour que nous devons changer contre le Ciel, cette morne obscurité contre cette lumière céleste ?
Revenir en haut
Eric
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 64
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mer 22 Avr - 02:21 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant





La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie.
C’est juste mon avis, mais ça ne vaut rien.

Quoique…

Dire que rien ne vaut la vie, c’est poser la vie comme un absolu, ou tout au moins c’est considérer que la vie est ce que l’homme possède de plus précieux.

Or, l’histoire ne manque pas d’exemples d’hommes et de femmes qui ont choisi de sacrifier leurs vies pour des valeurs qu’ils estimaient plus hautes encore.
Pour sauver la vie d’un autre, pour la patrie, pour des idées, etc…
Socrate, par exemple, ne s’est jamais fixé comme priorité de sauver sa vie.

Donc,
Quelle est la valeur de la vie ?
En quel sens Socrate peut-il affirmer, à la fin du Gorgias, que les raisonnements et la vie que mène Calliclès sont « sans aucune valeur » ?
Y a-t-il quelque chose qui puisse être digne de plus de valeur que la vie ?
La valeur de la vie peut-elle s’expliquer par la vie elle-même, c’est-à-dire par une analyse du sens de la finitude ?

Il est vrai que tenter de chercher la valeur de la vie en oubliant la mort est difficile. C’est comme demander à un aveugle d’éviter un poteau, sans canne !



Revenir en haut
Sankan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 227
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon
Point(s): 23
Moyenne de points: 0,10

MessagePosté le: Jeu 23 Avr - 18:22 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Il faut d'abord essayer de voir s’il ne faut pas tout d’abord distinguer deux problématiques :


A savoir si la valeur existe et ensuite à savoir s’il y a une hiérarchie des valeurs auquel la vie selon certaine personne, serait ou la valeur la plus haute qui serait la mesure de toutes les autres ou encore si elle ne serait que la seule valeur.


Donc reprenons notre questionnement :


La valeur existe-t-elle ?
Si oui, il y a-t-il une hiérarchie de valeur ? Quelle place possède la vie dans la perspective de la valeur ?


Si la première question est pour vous intrinsèquement liée avec les deux autres, répondez en conséquence, sinon il nous faut nous focaliser sur la question de la valeur même.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sankan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 227
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon
Point(s): 23
Moyenne de points: 0,10

MessagePosté le: Jeu 23 Avr - 20:23 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

PS: notons que notre sujet en croise deux autres :

http://philoweb.leforum.eu/t40-Peut-on-se-passer-de-hierarchie.htm

http://philoweb.leforum.eu/t22-Comment-donneriez-vous-un-sens-a-votre-exist…

Cependant, l'accent est porté ici sur la valeur, il faut le garder en tête.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eric
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 64
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Dim 26 Avr - 05:00 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant




La valeur existe-t-elle ?
Au fond peu importe ici de savoir si l’on parle de valeur financière, de valeur morale ou de valeur sentimentale etc…
Qu’est-ce qui fait que quelque chose a de la valeur, et pourquoi ? Ce qui reviendrait à dire que la valeur existe.


Je pense à deux pistes pour définir la valeur et savoir si on pourra parler ou non d’une existence de la valeur :

1) Le bien physique. Le besoin vital. Le besoin tout court.

A de la valeur, ce qui est un bien vital pour moi. Par exemple, l’eau dans le désert, a beaucoup plus de valeur que dans un village des Alpes. L’eau vaut, c’est un besoin dicté par ma nature, par mon instinct de survie. Sans eau, je meurs.
Par extension, on peut ajouter aux besoins strictement physiques, les besoins psychologiques et affectifs dans la mesure où ils constituent notre nature humaine.

Il semble ici que l’attribution de la valeur n’est pas subjective. Dans le sens où elle ne dépend pas d’un sujet, mais d’une nature, commune à tous les hommes.
Elle ne dépend pas d’une raison, mais d’un corps matériel, physique, concret, d’une réalité existante. La valeur ici est liée à une réalité externe. Elle existe selon et en fonction de quelque chose d’autre qui existe aussi et déjà, avant la valeur même, et qui régit son existence.


2) La loi morale et rationnelle.

A de la valeur la maxime de mon choix qui pourrait être érigée en loi universelle, c'est-à-dire si je ne voyais aucun inconvénient à ce que tout le monde adopte ma maxime.

Ici, l’attribution de la valeur est totalement subjective. L’existence de la valeur dépend d’un sujet, rationnellement. Elle substitue sa dépendance à l’égard de la totalité des choses existantes, à l’universel qui n’existe pas dans la nature.
L’existence de la valeur est détachée de l’existence des réalités externes. Rien ne la précède, rien d’antérieur à elle. Rien d’antérieur au sujet. Même pas la loi morale, puisqu’elle est absolument rationnelle et donc totalement subjective.


Dans le 1) on peut dire que la valeur existe en tant que relation à une réalité existante. C’est cette relation qui nous fera attribuer de la valeur à une chose, entendu que cette chose existe indubitablement.

Dans le 2) on peut dire que la valeur existe en tant que relation. Mais cette relation n’atteint jamais l’existence d’une chose, elle se joue en interne, dans les hautes sphères de la raison commandée par la subjectivité. Que les choses existent ou non demeure un grand mystère. Il est donc possible d’accorder de la valeur à quelque chose qui n’existe pas. Toutefois la valeur existe.




Revenir en haut
Sankan
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 227
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 龍 Dragon
Point(s): 23
Moyenne de points: 0,10

MessagePosté le: Dim 26 Avr - 05:54 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Il faut être radical face à la problématique de la valeur.

La source du problème dans ton 1), enfin du problème plutôt de la source du flou, vient de l’expérience.

Il y a un phénomène, il y a un effet, et il y a un contre-effet. Ce contre-effet se situe dans la synthèse de ton entendement, je ne précise par le mécanisme de réception dans l’esprit pour ne pas faire appel à qui que ce soit. Il y a donc un effet et un écho dans ton esprit. Cet écho résonne plusieurs fois et par la mémoire, son souvenir fait apparaître une ombre de cet écho.

A un moment de ce mécanisme cet écho revêt un habi-tude, il y a anticipation, parce que mémoire. Voyez, je n’entre pas même encore l’idée de la conscience. Tout comme le chien dans l’expérience de Pavlov que nous faisons saliver par un stimulus.

Prenons cela purement au stade biologique car la comparaison est parlante. Lorsque quelqu’un se casse un os, la reconstruction de cet os, par le processus régénérant du corps, (surement dans une logique darwinienne de l’évolution) l’os recréé est plus solide. Plus solide pour deux raisons, d’une part pour que l’os soit plus résistant pour éviter une nouvelle cassure mais aussi d’autre part car le corps sait qu’a cet endroit il peut y avoir un effort. Tout comme la main du maçon, ou du charpentier qui se couvre d’une corne de peau plus épaisse pour faire face aux matériaux dur et sec qui pourraient par griffures, échardes et déchirures abîmer la main.

Il y a une mémoire du corps ou plutôt de l’organisation physico-chimique régissant la physiologie du corps selon des lois précises.

Lorsque le corps a soif, nous le sentons, par effet d’habitude, nous nommons cette soif, « soif ». Pas d’idée platonicienne tombant du ciel et nous disant ceci s’appellera soif par décret divin. Pur souci grammatical en vue d’une discussion. Discussion d’ailleurs qui n’implique la valeur que dans le but d’une organisation sociale, tout comme la danse chez les abeilles ou les phéromones dans le monde vivant. Il y a accord tacite dans l’ordre social chez l’homme pour dire, que tel son, signifie telle projection dans la réalité. La complexification d’un groupe fait que le besoin de mot complexe augmente.
La soif n’est pas une valeur, mais un besoin sous lequel je pose un mot qui à une résonnance dans l’imagerie populaire. Si la soif est une valeur alors l’arbre qui tombe dans la forêt à une valeur. Evidemment ce chemin  nous mène à d’autre question qui ne sont plus de notre cadre.

La valeur dans le sens de 1) est un besoin, besoin qui se range sous la catégorie des lois du vivant, au même titre que la gravité, de l’électromagnétisme et de la photosynthèse. Le fait de manger est vital, mais pourquoi lui donner de la valeur ? Parce sinon je meurs ? Alors on retombe sur la question la vie a de la valeur.

Pour ce qui est du 2), subjectif = consensus =  le mot feruifefihçouer = action d’ouvrir une porte en chantant frère Jacques.

Ainsi je peux remplacer le mot valeur par magie, sorcellerie, manipulation des extraterrestres qui font que pour des choses sans aucun appel de quelconque résonnance existentiel je donnerais l’appellation valeur.

La vie, la volonté de vivre, la volonté de puissance, le conatus, mettez ce que vous voulez. Il y a la vie, une puissance qui me pousse, qui m’a jeté il y a bien longtemps en même temps que mon apparition et qui en a jeté plein d’autre avant. Qui traverse toute chose et qui régit toute choses, sans aucun mot dans l’oreille pour dire voilà pourquoi cela, tu vois c’est pour cela que cela est.

Il n’y a pas de notice explicative, nous n’avons que des schémas de constructions et destructions et encore ils sont en chinois.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Eric
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 64
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Dim 26 Avr - 19:45 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant






Si l’on veut être radical face à la problématique de la valeur, il faut se demander ce qu’elle est ou ce qu’elle n’est pas, si elle existe ou non.
Il faut chercher si la valeur entretient un rapport avec des choses, si ces choses sont ou non, si elles existent ou non. Afin d’éviter, comme tu le dis, une discussion purement grammaticale portant sur des définitions nominales.

Notre réflexion est donc faussée dès le départ si nous commençons notre recherche par « Il y a ».
« Il y a un phénomène, il y a un effet, et il y a un contre-effet. »
« il y a anticipation »
« Il y a une mémoire du corps »
« Il y a la vie »

Parce que « il y a », c’est le verbe avoir. C’est un avoir dans le prisme du sujet pensant, qui évacue d’emblée tout jugement d’existence sur une réalité extérieure. « Il y a » un donné ou quelque chose que je me donne, « il y a » quelque chose qui m’apparaît dans mon intuition sensible, donc dans le temps et dans l’espace, donc en moi. Je ne dis pas « ceci est », je dis « j’ai ». C’est bien le verbe avoir.

Quoi qu’en pensent Kant, Husserl et Heidegger, au sujet des choses qui existent autour de nous, nous disons « ceci est ». Ce n’est plus notre avoir. Notre intuition sensible s’accompagne d’un jugement d’existence qui précède la réflexivité et tout autre jugement de notre entendement. Ce n’est donc pas à partir d’un « il y a » des phénomènes internes que nous décidons de l’existence d’une chose. L’existence de la chose ne se constituera jamais dans notre conscience, car notre conscience ne constitue jamais qu’un objet.
Autre chose est de dire « Il y a » un objet dans notre conscience, qui existe ou pas en tant qu’objet, autre chose est de déclarer « ceci est » une chose qui existe au dehors.


A partir de là, ce qui a de la valeur, c’est ce qui compte pour moi, c’est ce qui compte pour l’autre, c’est ce qui compte pour l’homme.
Mais cela renvoie encore à une chose : c’est ce qui compte.
Nous pouvons situer cette chose à l’intérieur de nous, dans une immanence absolue, dans une indépendance totale à l’égard de la réalité externe. Dans ce cas nous dirons que toute tentative de recherche de l’existence de la valeur se fondant sur l’étonnement imbécile de ce qui n’est pas nous-mêmes est vain.

Nous pouvons saisir l’existence de la réalité des choses à l’extérieur de nous. En posant le jugement d'existence "ceci est". Alors nous devrons sans cesse repartir de l’étonnement des premiers philosophes, à savoir l'étonnement que les choses sont ce qu’elles sont. Dans ce cas, ce qui vaut pour moi ne s’explique pas par moi seul, dans une subjectivité exacerbée, mais se découvre dans la réalité existante, dans tout ce qui n’est pas moi.






Revenir en haut
Heya
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2008
Messages: 10
Localisation: nice
Féminin Lion (24juil-23aoû)
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Lun 27 Avr - 02:36 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant


Deux perspectives, si j'ai bien compris, ont été mises en évidence par Eric, à savoir (et je grossis la chose énormément Smile ) la recherche d'une valeur à travers soi, au sein d'une subjectivité particulière (consensus, et d'autres voies sont envisageables), ou bien la recherche objective de la valeur, à travers les choses. 
     Seulement, la méthode que vous employez dans le traitement de la Chose, étant inadaptée à la question, me déplaît absolument. Sous prétexte d'éviter le supeficiel, on néglige un accord sur les termes, et par là, on passe complètement à travers la nature du problème. 
 Erreurs dues à ce défaut de méthode :  
                                                          - Première pétition de principe : "être radical" c'est "se demander si [la valeur]existe ou non". Prétention à aller à la racine d'une chose x, mais qui n'est pas un objet. Si la valeur est un objet montrez-la moi.  
Si la valeur doit exister (ce qui lui est impropre et même contraire), c'est qu'elle ne peut qu'être relativement. La valeur n'existe pas par soi, il n'y a (oui "il n'y a" car il existe serait impropre et surtout, la formule est impersonnelle) de valeur que de quelque chose. 
 
                                                         - Erreur de termes (dès le départ), leurre par rapport au sens de la question (recherche de l'existence objective d'une chose). Il ne s'agit donc pas de savoir si la valeur existe mais ce qu'elle est. Ce "ce" n'est pas . Car le sens des choses précède la valeur. La valeur vient sur le sens. Première distinction que je vais très vite éclaircir. 
                                                        - Mais cette distinction, si elle est à prendre dès le départ, n'est pas au coeur du problème. La question est ici celle de la signification. S'il faut, entre hommes, savoir si une chose a de la valeur, il faut que son sens signifie la même chose pour tous. (Le présupposé que je ne suis pas encore prête à confirmer dans ce pré sophistico-philosophico-sophistique : il est un sens objectif des choses) 
 
Alléuia, un exemple : Le sens de la vie détermine sa valeur nous disions. Quel est le sens de la vie? Si x croit en Dieu, les religions le lui enseigneront. Et s'il ne s'explique pas, pour les croyants, il se comprend. La vie a de la valeur parce qu'elle a du sens, que la mort, via l'au-delà (mdr), lui donne. Je rejoins sur ce point Sankan : pour un être dépourvu de préjugés métaphysiques, en l'occurence, pour un x non-croyant, la vie ne devrait pas avoir de valeur, parce qu'elle n'a pas de sens, c'est-à-dire sans direction et dans l'obscurité. Je vis parce que je suis là. Oeuvre tautologique. 
Certes, on peut toujours trouver reconnaître une valeur à la vie, mais on lui donnera nécessairement un sens qui nous est propre (la vie est meilleure que la mort).  
   On voit alors d'emblée où est la signification : le sens de la vie pour x (x étant bonhomme croyant) et non x, sortant de la bouche de ces particuliers respectifs donnera lieu à des significations différentes. X et nonX signifieront des choses différentes. 
 
On reprochera : 1 la vie n'aurait alors de la valeur que relativement à des subjectivités. Relativisme des égos.  
                        2 Si Dieu existe le sens doit être objectif et la valeur aussi. 
 
 
On pourrait répondre : 2: valeur de x chose pour un x. ; 1: fondation possible d'un sens commun pour un langage commun des choses x, en l'occurence de la vie. C'est ce qui est fait via la loi. La vie a une valeur parce quon la reconnu.  
Mais le sens législatif qui reconnait garantit et donne une valeur à la vie n'est que substantiel. Paradoxalement, la valeur de ma vie, ce sera le sens que, en plus, je lui triuve, je lui donne. 
 
 
 
 
Sans doute dis-je n'importe quoi... 




_________________
Je ne suis pas au milieu."
Revenir en haut
Eric
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 64
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Lun 27 Avr - 05:21 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant







Heya,

Il me semble que ce que j’ai dit est beaucoup plus simple.

Je ne me pose pas la question de la signification de la valeur, mais je me demande tout d’abord si elle existe.
Je suis d’accord avec toi pour constater que « La valeur n'existe pas par soi » car « il n'y a de valeur que de quelque chose. »
Donc je cherche à savoir dans quelle mesure je peux affirmer, en premier lieu, qu’une chose existe. Puisque je cherche la valeur de quelque chose qui existe. Pas seulement un objet ou une représentation interne, immanente à mon entendement, mais une chose en chair et en os à l’extérieur de moi.

Qu’est-ce qui me prouve qu’une chose existe dans la réalité extérieure ?
-Ce n’est pas la signification que je lui donne.
-Ce n’est pas la représentation que je fais de la chose.
-Ce n’est pas mon intentionnalité, car mon intentionnalité vise des objets internes mais ne fait pas exister les choses à l’extérieur de moi.

Donc, qu’est-ce qui me prouve qu’une chose existe dans la réalité extérieure ?
Ce n’est pas un jugement de l’entendement, ni de la raison, mais c’est le jugement d’existence, qui ne concerne que l’existence d’une chose que mon intelligence saisit spontanément, sans aucune réflexivité. Je déclare : « ceci est ».
Nous faisons cela tous les jours, sans nous poser de questions. Tout existe autour de nous, et il ne nous viendrait pas à l’idée de descendre un escalier qui n’existe pas, ou de demander à la vendeuse au marché si ses patates existent !

Mais il est important de noter que c’est le premier jugement de notre intelligence, et qu’il nous permet de saisir l’existence d’une chose dans la réalité extérieure.

Alors, tu peux dire que « le sens des choses précède la valeur. La valeur vient sur le sens. » et que « au coeur du problème. La question est ici celle de la signification »
Et c’est vrai que la signification est un vrai problème et une vraie question. Mais la question du sens demeure seconde encore vis-à-vis de la question de l’existence. Car nous ne donnerons pas la même signification à une chose qui existe, et à quelque chose qui n’existe pas. En ce sens, la signification d’une chose est elle-même relative à son existence.


La valeur existe-t-elle ?
-relativement à une chose.

La chose existe-t-elle ?
La réponse ne peut pas être indifférente à la signification que je vais donner à la chose, et donc par extension à sa valeur.







Revenir en haut
Morgoth
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Fév 2008
Messages: 79
Point(s): 12
Moyenne de points: 0,15

MessagePosté le: Lun 27 Avr - 19:33 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant

Heya a écrit:


  

 Erreurs dues à ce défaut de méthode :     
                                                          - Première pétition de principe : "être radical" c'est "se demander si [la valeur]existe ou non". Prétention à aller à la racine d'une chose x, mais qui n'est pas un objet. Si la valeur est un objet montrez-la moi.     
Si la valeur doit exister (ce qui lui est impropre et même contraire), c'est qu'elle ne peut qu'être relativement. La valeur n'existe pas par soi, il n'y a (oui "il n'y a" car il existe serait impropre et surtout, la formule est impersonnelle) de valeur que de quelque chose.    
 
  




D'une part j'ai l'impression que personne a lu mon post, mais cela n'est pas encore très grave.
D'autre part si j'ai bien compris ton argument on ne peut dire que la valeur existe a cause de sa nature relative.....
Voilà qui pour moi demande explication, car comme le disais Husserl ( prenait une photo c'est la première et dernière fois que je cite un phénoménologue ) : tout considération thétique d'un objet sous entends une considération non thétique de soi.
A dire qu'il y a des objets qui existe en soi, en dehors de toute relation c'est postuler qu'il existe des choses en soi, et si donc l'existence ne pourrait être attribuer qu'à ces choses en soi et une connaissance possible que de ces choses, on tomberait dans une contradiction ( pour un kantien au moins ) qui serait de dire que seul la chose en soi existe et est connaissable.
Pour moi l'existence est justement relation, relation sujet-objet, sujet-sujet, car à nier l'existence de tout ce qui, ontologiquement, dépend d'une relation, on tomberait sur beaucoup de paradoxe.
Je sais que mon argumentation ne sert à rien puisque la valeur est un concept et pas une chose ( au sens matérielle ) mais pour un bon idéaliste il n'y a pas de contradiction à ce qu'une idée existe et de plus sans relation, donc donc...........
_________________
Est-ce ici la région, le sol, le climat, dit alors l'archange perdu, est-ce ici le séjour que nous devons changer contre le Ciel, cette morne obscurité contre cette lumière céleste ?
Revenir en haut
Eric
Etudiants de Nice

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 64
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 02:21 (2009)    Sujet du message: La valeur Répondre en citant







Morgoth,

Je comprends ce que tu veux dire. En gros, dans l’ensemble je suis assez d’accord avec toi. Sauf peut-être sur quelques petits points…

Dans ton post 1 tu disais que ce sont « les critères qui font que telle ou telle chose a une valeur », et tu ajoutes qu’« il faut trouver des critères objectifs, ou des critères subjectivement objectif ».
Or il semble bien que les critères eux-mêmes, qu’ils soient subjectifs ou objectifs (un objet n’est pas une chose, il est constitué par un sujet), pourraient très bien trouver leur fondement ailleurs que dans la chose. Dans l’entendement par exemple. Ou dans la raison.
Ou dans la conscience husserlienne.

Ainsi, tout ce beau monde, critères et valeurs, ne nous montre pas de relation nécessaire à la chose, pire, il se pourrait même qu’ils se décrètent dans une indépendance totale de l’existence même de la chose. Après tout, pourquoi pas ?

Cependant la question n’est pas la valeur, mais l’existence de la valeur. Si donc la valeur est un attribut, nous sommes à deux doigts d’affirmer qu’elle est un attribut tout court, sans sujet, ce qui est une absurdité.

Je sais que tu ne dis pas cela.

Mais…

Dans ton post 2 tu dis « Pour moi l'existence est justement relation, relation sujet-objet, sujet-sujet, car à nier l'existence de tout ce qui, ontologiquement, dépend d'une relation, on tomberait sur beaucoup de paradoxe. »

Oui, mais la relation sujet-objet n’implique pas une existence externe. Je peux très bien considérer que les objets de ma conscience existent en relation avec moi. De plus, c’est moi qui les constitue, Husserl l’affirme, à partir d’aucune existence externe à ma conscience.

Voilà pourquoi je pense plutôt qu’il ne faut pas oublier que la relation elle-même est un attribut. Du reste, n’est-elle pas un des dix prédicaments d’Aristote ?
L’existence est première sur la relation, car la relation est toujours relation à quelque chose.
Sans ce quelque chose, pas de relation.

Voilà pourquoi je pense qu’il est indispensable de savoir si une chose existe, avant de réfléchir sur les modalités d’existence de la relation et de la valeur.






Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:50 (2018)    Sujet du message: La valeur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PhiloWeb Index du Forum ->
   Discussions
Toutes les heures sont au format GMT + 10 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template higlightSilver created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com